Le grenat est un silicate qui forme une famille de minéraux cristallins

très variés en couleur, mais dont le plus connu reste le rouge.

Le nom de cette pierre provient du Latin "Granatus" qui signifie "avec

des grains" et lui serait donné vers 1270. Il est possible que ce soit une

référence à la grenade dont les graines ont la taille, la forme et la

couleur presque identiques à la pierre.

Les différentes variétés de grenat montrent presque toutes les

couleurs, sauf le bleu. Les pierres de couleur brunes, rouges, verts,

jaunes, noires et incolores sont communes.

On lui prête différents noms en fonction de sa couleur :

pyrope : rouge feu tirant légèrement sur le brun

rhodolite : rouge rosé à tendance violette

almandin : rouge brique pouvant aller sur le violet

spessartine : orange à brun-rouge

hessonite : orange foncé

tsavorite : vert intense

démantoïde : vert prairie à émeraude

Au moyen-âge, on pensait que le grenat permettait d’augmenter la foi

et la constance, ainsi que d’éloigner la mélancolie. Elle était donc

souvent portée par les Croisés pour leur donner foi et valeur au

combat. On l’utilisait aussi comme remède contre les inflammations et

contre la peste.

L'ordre de la toison d'or était destiné à rapprocher la noblesse des

États bourguignons de Philippe le Bon et à permettre au duc d'honorer

ses proches. Les chevalier son alors décoré et dans l'obligation de

porter leur apparat en toute circonstance. L’empereur Rodolphe II (Roi

de Bohême) a fait enchâsser le plus grand grenat de Bohême dans

l’ordre du Toison d’or. Les courtisans se parent de grenas de Bohême et lance la mode.

Le grenat serait la pierre de la santé

et retarderait le vieillissement, régénèrerait la peau et tendrait les

tissus. Il limiterait ainsi les rhumatismes et l’arthrite.

Le grenat serait efficace pour soigner les blessures et les

hémorragies. Au contact de la blessure, le grenat favoriserait la

coagulation du sang

Il équilibrerait la sexualité.

Je terminerai avec ceci, de nombreux bijoux de famille cachent des secrets, des provenances

mystérieuse. Beaucoup se retrouve en brocantes sans savoir qu'ils valent des milliers d'euros.

C'est pour ça que je ne conseilles pas d'utiliser de savon avant de savoir exactement de quelle pierre

il s'agit.

Voici quelques pistes qui peuvent indiquer qu'un bijoux de brocante a de la valeur. Le premier s'est

le travaille du métal, plus celui-ci est finement réalisé, avec une symétrie ou une réalisation

proportionnée, les soudures invisible, et l’arrière du serti de la pierre est aussi majestueux que le

dessus. L’intensité de la pierre et sa beauté, pour autant que la pièce soit propre, peuvent être un

piste mais attention ! Il y a énormément de copie de pierre.Les techniques de copie sont un vaste

sujet.

Une pierre met du temps a prendre la chaleur du corps. La tenir un moment dans la main peut vous

aider. L'observation de base à la loupe pour observer les inclusions, la taille, si la pierres n'est pas

fendue.. sont des indications simple a intégré pour autant que l'on soit curieux.

Une petite histoire de brocante :

Les pierres précieuses font toujours autant rêver, et si vous faites partie de ces personnes attirées

par ce qui brille, vous devriez regarder à deux fois dans votre coffre à bijoux. Une femme

britannique, dont l’identité n’a pas été dévoilée, a en effet eu la surprise de sa vie en découvrant que

l’une de ses bagues estimée à quelques livres sterling à peine avait en fait une grande valeur. Il y a

30 ans, elle achète le bijou dans une brocante à Isleworth, un quartier à l’ouest de Londres, pour la

somme de 15 euros. Dès lors, elle ne quitte plus sa bague, qu’elle arbore pour faire ses courses ou

assister à ses répétitions de chant. Mais elle croise un jour la route d’un joaillier qui lui explique que

la bague pourrait avoir plus de valeur qu’elle ne le pense. Ni une, ni deux, elle demande à la société

de vente aux enchères Sotheby’s d’estimer le bien qui, elle l’apprend plus tard, coûte en fait... 400

000 euros !

Il s’agit d’un diamant de 26 carats qui date du 19e siècle, mais sa propriétaire ne s’est jamais doutée

de sa valeur à cause de la forme de la pierre, qui n’était pas taillée de manière à révéler son éclat,

comme le précise The Guardian. Jessica Wyndham, à la tête du département joaillerie de Sotheby’s

Londres, explique : « Avec ce style ancien de taille du diamant, la lumière ne s’y reflète pas autant

que ce serait le cas avec un style moderne de taille. Les tailleurs de l’époque ont travaillé avec la

forme naturelle du cristal, afin de conserver son poids au maximum, plutôt que d’essayer de le

rendre le plus brillant possible ». Quant à savoir comment un tel bijou a pu se retrouver en vente

dans un marché aux puces, le mystère reste entier...